S191A01

Floryan Varennes par Isabelle de Maison Rouge

Fin'amor ou l’amour courtois, du carquois au carcan.

Tout le travail de Floryan Varennes se joue entre les rives, les limites et les bordures. L’artiste se met en rupture par rapport au temps traditionnel, il réalise une  hétérochronie puisqu’il associe l’époque médiévale à l’époque actuelle en créant des analogies par le prisme du corps, du vêtement, de la santé et la ritualisation de la vie charnelle. Plus que le Moyen Age, c’est donc le médiévalisme qui le passionne avec l'ensemble de ces références temporelle, historique, politique et artistique dans le monde contemporain, qui passe chez lui par l’espace médical de l’hôpital et la sociologie du vêtement qui touche et traverse le genre. Trois domaines qui arrivent à se rencontrer avec la culture courtoise comme catalyseur.

Ainsi se mêlent, sculptures, uniformes et apparences, amour courtois et chevalerie médiévale, écriture gothique et art de guerroyer conjoint à l’univers hospitalier, à la présence de scalpels chirurgicaux, à l’évocation d’affections et troubles de l’organisme et au soin qui lui est apporté. A ces évocations, s’ajoutent des réflexions centrées autour de l’habit perçu comme marqueur social en lien avec le travail dans lequel il agit (chemise blanche ou noire, pantalon d’infirmier ou de jogging).

De cette pensée rhizomique de Floryan Varennes naissent des formes élégantes et raffinées avec des effets de matière tout en restant radicales et minimalistes. C’est le fragment de vêtement choisi (col, manche ou jambe de pantalon, poche de chemise) qui induit la forme de l’objet qui en résulte : Pars pro toto, c'est la partie pour le tout. Le col de la chemise devient un motif récurent, orné de perles de rocailles assemblées en un savant passement ou hérissé d’épingles de couture dans son intérieur tel un carcan, fixé au mur il ne peut plus enserrer de cou.

Ces objets parlent du corps, mais d’un corps manquant ou d’un corps sacré, d’un corps fragmenté, démantelé ou recomposé tel un véritable palimpseste. Ainsi, évoquer la vêture revient à exprimer ce corps par son absence et à dire d’une autre façon le simulacre de la corporalité de l’homme comme de la femme, de manière dégenrée ou regenrée. Les titres des œuvres ouvrent à des évocations de la culture de cour qui sait allier un art cultivé à des références les plus diverses et reprennent des mythes, des archétypes ou des symboles.

L’ensemble de l’univers de l’artiste incarne par les formes qu’il travaille cette opposition, cette tension, entre l’offensif et le défensif qui opèrent simultanément. Que se soit dans l’évocation du monde chevaleresque, chirurgical ou vestimentaire, se retrouvent des thématiques liées à la bordure, l’entrave, la prison, l’armure, le bouclier, l’orthèse, la minerve, le col, la mandorle qui font référence à des formes ou structures qui protègent tout en contraignant le corps et l’individu.

La notion de parure est tout autant active avec le soin apporté à la sélection des matières devenues médiums qui s’inscrivent dans un système de signes liés à l’apparat mais aussi à l’assujettissement du corps empêché. Ce paradoxe se voit renforcé par les matériaux choisis par l’artiste, vêtement, carré de soie, velours, cuir holographique, plomb, perles de rocaille, épingles, rivets, verre, papier pailleté, orthèses et minerves médicales.

Floryan Varennes, avec son rapport à l'histoire renforcé par ses investigations sémantiques, conjugue ainsi ses recherches à tout ce qui se rapporte au corps sans jamais le figurer. Dès lors au sein de ses dispositifs qui expriment des questions de norme, d'altération et d'ornementation, il conçoit un répertoire ambigu de formes héraldiques dont la complexité agit comme une transfusion.

Isabelle de Maison Rouge


Image

Floryan Varennes


œuvres



Œuvres de Floryan Varennes sélectionnées par Isabelle de Maison Rouge 

Rencontres avec Floryan Varennes

Précédemment


Exposition
Floryan Varennes


Salon
Floryan Varennes


Exposition - en présence de l'artiste
Floryan Varennes

Actuellement / prochainement

Aucun événement