Pour cette seconde édition du salon, Isabelle de Maison Rouge a invité Élodie Bernard, Théo-Mario Coppola, Marie Deparis-Yafil, Christian Gattinoni, Marie Gayet, Dominique Moulon, curateurs ou critiques d'art spécialistes de la création contemporaine française, ainsi que les Éditions Tribew à présenter un artiste de leur choix et une sélection d’œuvres représentatives de son travail.

Isabelle de Maison Rouge

© Clémentine Gras

Diplômée de la Sorbonne, docteur en art et science de l’art,  Isabelle de Maison Rouge est historienne de l’art et critique d’art. Auteur de nombreux essais sur la création contemporain et de textes de catalogues, elle collabore régulièrement à diverses revues d’art contemporain (Art press, Optical Sound, Possible, Point contemporain…).

Elle est curateur indépendante, et organise des commissariats d’exposition en lien avec les thématiques sur lesquelles elle travaille  (Business model, Le paradoxe du cartel, Jardinons les possibles… ) ou pour valoriser les artistes qu’elle soutient

De même elle possède une longue expérience dans l’enseignement et  la formation en art contemporain en tant que professeur d’histoire de l’art à New York University Paris,  à HEC,  et Audencia Business School.

Chercheuse, son champ de réflexion porte particulièrement sur l’économie de l’artiste, les entreprises-artistes, l’écosystème de l’art, les collectionneurs, les artistes en duo, l’art & le droit, les croisements entre art & management, art & géopolitique ou art & care.

Isabelle de Maison Rouge est secrétaire générale de l’AICA France (Association Internationale des Critiques d’Art). Elle est également membre de C-E-A / Association française des commissaires d’exposition

Isabelle de Maison Rouge présente
Harold Guérin

Image

Élodie Bernard

Commissaire d’exposition indépendante et Fondatrice de Living Cube

Diplômée d'un master en Arts plastiques de l'Université de Picardie suivi d'un cursus en Nouveaux médias aux Beaux Arts de Tartu en Estonie, Elodie Bernard écrit régulièrement pour les magazines et média en ligne. Commissaire d’exposition indépendante, elle réalise différentes expositions collectives dans divers lieux, mais aussi dans son propre appartement à travers le dispositif Living Cube, qu'elle initie en 2017. En 2018, elle prend la direction artistique de La Peau de l'Ours, une galerie Bruxelloise, organise des expositions et propose des sélections curatoriales toujours liées à son sujet phare, le soutient à la création émergente.

Élodie Bernard présente
Mariano Angelotti

Image

Marie Deparis-Yafil

Crédit Aristophane Deparis

Philosophe, critique d’art et commissaire d’exposition indépendant.

Depuis 2006, ses écrits ont été publiés dans près de cinquante ouvrages (catalogues d’exposition ou monographies), en France et à l’étranger (Grèce, Pays-Bas, Allemagne, Etats-Unis, Japon, Norvège, Autriche, Maroc, Pologne…).

Depuis 2008, elle a réalisé, en tant que commissaire, de nombreuses expositions d’art contemporain, pour des Villes, des institutions – dont le Centre des Monuments Nationaux-, dans des galeries, musées ou espaces d’art, en France, et à l'étranger (Grèce, Royaune Uni, Tunisie, Sénégal, Algérie). Elle s'intéresse particulièrement à la question de la monstration de l'art contemporain en milieu patrimonial et aux formes de la narration, y compris dans la pratique curatoriale.
Elle a ainsi commissarié deux vastes expositions d'art contemporain au Monastère royal de Brou ainsi que la première exposition d'art contemporain dans le plus grand monument médiéval d'Europe (« Noir Eclair - ZEVS » au Château de Vincennes).

Elle travaille avec de nombreux artistes, émergents comme reconnus sur la scène internationale, avec un intérêt particulier pour les scènes d'Afrique subsaharienne et du Maghreb. Elle est le commissaire de la première exposition d'un artiste algérien contemporain non diasporique dans un musée national en Algérie (« Gravité 3 – Sadek Rahim » au MAMO, Musée national d'Art Moderne et Contemporain d'Oran).

Elle a collaboré sur, ou réalisé, plusieurs expositions donnant une place importante à l'art textile contemporain.

Elle est commissaire associée et contributrice au projet Pavillon de l'Exil de l'artiste marocain mounir fatmi et Vice-présidente du Centre Pompadour, centre de recherche néo-féministe dirigé par l'artiste autrichienne Michaela Spiegel.

Marie Deparis-Yafil présente
Mai Tabakian

Image

Christian Gattinoni

crédit Krystyna Dul

Enseignant à l’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles de 1989 à 2016. Membre de l’Association Internationale des Critiques d’Art. Rédacteur en chef et cofondateur de www.lacritique.org depuis 2006. Conseiller artistique du Festival Fictions Documentaires Carcassonne depuis 2017.

Christian Gattinoni mène un travail de critique d’art qui s’est principalement intéressé au rapport entre photographie, autres arts et sciences humaines  dont le dénominateur commun reste le corps. Dans le champ de recherche liant danse et arts visuels il a développé le concept d’image performative. Intéressé par les pratiques sociales et engagées il poursuit les interrogations sur les fictions documentaires. Il partage son temps entre la critique d’art et le commissariat d’exposition, en poursuivant sa création de photographe.

Derniers ouvrages parus
Histoire de la critique photographique (avec Yannick Vigouroux) Nouvelles Editions Scala, collection « Sentiers d’art », novembre 2017
On Being Now Editions Pazzini SIFEST 2018
La vie amoureuse des anges, vidéogame, Edition Area 2018

Dernière exposition en tant que curateur
Photographier contre l’oubli  Musée Mémorial des Enfants du Vel d’Hiv Orléans 2019

Christian Gattinoni présente
Cristina Dias de Magalhaes

Image

Marie Gayet

Marie Gayet exerce en indépendante une activité plurielle dans le domaine de l’art contemporain. En tant que commissaire d’exposition, elle s’intéresse particulièrement à la jeune création et aux pratiques contemporaines  sans distinction de médiums. Elle écrit aussi des textes pour les artistes ou les galeries et collabore régulièrement de la revue Artaïs Art Contemporain.

Elle monte des expositions dans des lieux atypiques (lieu historique, artist run space, loft inoccupé, etc…).

En 2014 et 2015, elle est commissaire associée au programme Hors les Murs YIA/Marais Culture +, Musée Cognacq Jay, Musée Picasso, Musée de la Chasse et de la Nature, BHVP, MEP).

Membre de c-e-a/association française des commissaires d'exposition*, elle participe à la programmation des événements Public Pool, PP#4 Ecrire l’art (déc 2017, Cité internationale des arts), PP#5 Voisinages  (sept 2018, Cité internationale des arts) et PP#6 Commun Common (fev 2019, Frac Champagne-Ardenne, Reims).

Elle contribue à la programmation de Tous les docs, association pour la promotion et la diffusion du film sur l’art, qui organise des projections dans des centres d’art (Mac Val, Monnaie de Paris).

Elle intervient à Drouot Formation et à l’école EAC où elle a coordonné en 2018 la programmation de la Galerie éphémère, un projet expérimental d'expositions montées par les étudiants.

Son travail de recherche autour du projet The Eyes Shut de Sonia Fleischmann  a fait l’objet  d’une invitation par l’historienne d’art Agnès Callu pour la revue DDD, dessein, dessin, design.

Membre du Jury à YIA 2015, Tribew 2017, DDessin 2018.

Elle est l’auteur du livre « petits riens & nothing more… » sur le travail de l’artiste plasticienne Martine Camillieri.  2010, Les éditions de l’épure.

___

* Fondée en 2007, l’association C-E-A / Association française des commissaires d'exposition a pour vocation de regrouper les personnes exerçant une activité de commissaire d'exposition d'art contemporain en France et de constituer une plateforme de réflexion, de promotion et d'organisation d'actions et de projets autour de cette activité. www.c-e-a.asso.fr

Marie Gayet présente
Morgane  Porcheron

Image

Dominique Moulon

Crédit : Stéphane Bissière

Curateur indépendant, critique d’art et enseignant, Dominique Moulon a étudié les arts visuels à l'École nationale supérieure d'art (ENSA) de Bourges et est titulaire d’un doctorat en Arts et sciences de l’art.

Membre de l’Association française des commissaires d'exposition (CEA), il a été commissaire d’exposition pour les galeries Ars Longa, Vanessa Quang, Julio Gonzalez et Plateforme, les foires Show Off et Variation, le centre d’art de la Maison populaire de Montreuil et la Cité internationale des arts. Depuis 2015, il est commissaire associé à la biennale Némo en Ile-de-France.

Membre de l'Association internationale des critiques d'art (AICA), il a rédigé de nombreux articles pour des catalogues d’exposition, ouvrages collectifs et magazines spécialisés.

Actuellement, il collabore avec les revues TK-21, ArtPress et Art In The Digital Age. Il est aussi l’auteur des livres Art contemporain nouveaux médias (2011), Art et numérique en résonance (2015) et L’art au-delà du digital (2018) aux nouvelles éditions Scala.

Enfin, Dominique Moulon est membre de l’Observatoire des mondes numériques en sciences humaines (OMNSH) et enseigne à l’École professionnelle supérieure d’arts graphiques (EPSAA) de la ville de Paris, l’École de communication visuelle (ECV), la Parsons (The New School for Design), la School of the Art Institute (SAIC) de Chicago et l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Dominique Moulon présente
Laurent Pernot

Image

Théo-Mario Coppola

crédit Louis Rollinde

Théo-Mario Coppola est un curateur, critique et écrivain d’art franco-italien. Il mène des projets d'exposition à Paris où il réside, et à l'international. Il entretient des liens actifs avec plusieurs scènes artistiques en Europe et en Amérique Latine.

Spécialiste des cultural studies et des questions internationales, Théo-Mario Coppola est diplômé de Sciences Po Toulouse et d’un Master II en sociologie politique des représentations et expertise culturelle.

Il est à l'initiative d'une série d'expositions sous le titre HOTEL EUROPA, avec un premier chapitre à Vilnius en juin 2017, un second en janvier-avril 2018 à Bruxelles et un troisième en mai-juin 2019 à Tbilissi. Il y défend une approche inclusive et plurielle de l’Europe, au-delà de la notion de Mitteleuropa.

À travers ses différents projets, Théo-Mario Coppola expérimente le concept de « communautés affectives », méthodologie curatoriale et réflexion critique sur les conditions de fabrication de l’exposition. L’exposition est appréhendée dans sa dimension esthétique et éthique : architecture provisoire, situations, habitudes, récits, anecdotes. À la fois contestation de la hiérarchie, réalité sociale marginale et espace de revendication, les « communautés affectives » affirment de nouvelles modalités pratiques de l’utopie.

Sa pratique curatoriale, à l’intersection de la littérature et de l’engagement politique témoigne d’une ouverture disciplinaire, prenant des formes expérimentales.

Théo-Mario Coppola a été curateur de VILLA PAZZA, troisième édition de la nuit blanche à la Villa Médicis à Rome en octobre 2018. Il a lancé et dirigé la CollezioneTaurisano, une collection privée d'art contemporain dédiée à l’art politique basée à Naples, et a précédemment collaboré avec différentes galeries et lieux indépendants en France et à l’étranger, et des institutions dont les Beaux-Arts de Nantes, la Fondation Boris Lehman à Bruxelles, la résidence 80121 et le MADRE à Naples, le Google Cultural Institute et la plateforme 89plus à Paris. Il a publié des textes critiques dans des revues en France et à l'étranger dont Flash Art, Crash Magazine, Demain Dès l'Aube.

Il est membre du comité éditorial de la revue E IL TOPO.

Théo-Mario Coppola est vice-président de C-E-A, l'association française des commissaires d'exposition. Il représente par ailleurs l’association au sein du CIPAC, la Fédération française des professionnels de l’art contemporain.

Théo-Mario Coppola présente
Gaetano Cunsolo

Image

Les Éditions Tribew

Louis-Laurent Brétillard fondateur de Tribew

Les Éditions Tribew ont fait le choix du numérique pour soutenir les artistes et les institutions qui les défendent.

Les collections de monographies WorkOf et de livres d'artiste LibreCours réunissent des plasticiens et des photographes que Tribew choisit de soutenir. L'accès à la cinquantaine de titres publiés est entièrement gratuit afin d'assurer une large diffusion à des artistes souvent émergents. Les projets sont portés par Louis-Laurent Brétillard, fondateur de Tribew.

Tribew est partenaire du salon de Montrouge, du festival Circulations et de la Maison des Artistes.

Tribew a créé et produit le salon Turbulences.

Les Éditions Tribew présentent
Sandra Matamoros

Image